Ca peut pas rater

Gilles Legardinier

– J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !
Marie pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, jusqu’à ce que son couple implose de façon brutale et scandaleuse.
Anéantie, elle prend une décision sur laquelle elle jure de ne jamais revenir : ne plus faire confiance aux mâles et surtout, ne plus rien leur passer.
Ni dans sa vie privée, ni au travail. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes.
Marie est remontée comme un coucou. Marie ne croit plus à l’amour, ce mirage source de tous les malheurs des femmes.
Mais voilà, Marie a du cœur, une famille, des amies aussi tordues qu’elle et une soif de vivre qui n’a pas fini de la précipiter dans des plans impossibles.
Et si, au-delà de ses illusions perdues, il était temps pour elle de découvrir tout ce qui vaut vraiment la peine d’être vécu ?

Note : 4 sur 5.

Un livre qui fait du bien. Beaucoup d’émotions et d’humour.

Michelle

Comment braquer une banque sans perdre son dentier

Catharina Ingelman-Sundberg

Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie et le Râteau ont 80 ans et dépérissent dans une maison de retraite de Stockholm. Pour tromper l’ennui, ils décident de préparer le casse du siècle.
Traduit du suédois par Hélène Hervieu
Elles sont trois femmes et deux hommes : Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, et le Râteau, chacun 80 ans au compteur. Ils chantent dans la même chorale et dépérissent dans la même maison de retraite à Stockholm. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l’arme à gauche…
Ils ne vivront pas un jour de plus dans ce mouroir. Un brin rebelles et idéalistes, les cinq comparses décident de se lancer dans le grand banditisme. Avec leurs cheveux blancs et leurs déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Mais l’aventure s’emballe et rien ne va se passer comme prévu… 

Note : 5 sur 5.

L’âge n’est pas dans le corps, il est dans l’esprit.

Evelyne

Les nouvelles aventures du Fakir au pays d’Ikea

Romain Puértolas

Rappelez-vous l’épisode précédent : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ; soit Ajatashatru Lavash Patel, qu’on expectorera selon les goûts et la virtuosité phonique achète-une-truelle ou jette-un-tas-de-choux, as de l’arnaque fakirique en tout sens et madré épateur de gogos.
Après un soubresautant tour du monde emboîté dans une armoire Ikea qui l’avait vu, par avion ou par cargo, transbahuté d’Angleterre en Espagne et de Paris à Tripoli, nous avions laissé l’homme coulant les plus doux des jours avec Marie Rivière, la dame de son cœur et écoulant par palettes entières le récit de sa déménageante saga.
Les gens heureux étant privés d’histoires et comme d’urgence il nous en faut une, voilà. Alors que notre héros macère dans l’aisance avec la volupté d’un cornichon dans la saumure et se confit dans le plus gras bien-être, son éditeur retoque son second opus, lisse à l’excès et bien bouffi de consensualité.
Pour la faire brève, notre fakir est devenu mou du clou, glabre du sabre et son tapis de braises vire à la moquette haute laine. Réagissez, mon bon !
Et notre Patel de repartir à la reconquête de soi. Cap sur la Suède pour rencontrer Dieu lui-même, l’Allah de la clé Allen, le maître d’Ikea, et se fournir en Kisifrøtsipik, la Rolls du tapis à clous.
Par chance, dès l’aéroport, les choses vont mal : emporté dans une louche affaire de diamants, confronté au baron Shrinkshrankshrunk, patron de Nespressé et roi de la dosette corsée, au professeur Ronaldo, gemmologue brésilien, sauvé de la mort par une édition polonaise d’Autant en emporte le vent, il se retrouve cloué dans une commode et largué en pleine Baltique, d’où il sera sauvé pour coulisser dans la confraternité d’un cirque belge et apporter une assistance magique à des réfugiés syriens.
Tout cela entrecoupé de souvenirs d’enfance marqués par la férule et la duplicité de son maître et initiateur Baba Ohrom. Alors, on avale sa boussole, on ravale sa carte et on mise à l’aveugle.

Note : 4 sur 5.

Tour à tour satirique, cynique, loufoque ou déjanté, l’auteur nous emmène de Paris à Stockholm en passant par l’ dans un voyage haut en couleurs.

Catherine

La Reine et moi

Sue Townsend

En Angleterre, les Républicains gagnent les élections. Première mesure : abolir la monarchie. La famille Windsor est immédiatement expulsée de Buckingham. Shocking ! Pour apprendre à vivre avec le peuple, ils sont relogés dans un quartier misérable de Londres. Le royal cauchemar commence : la reine fait la cuisine et le ménage, le prince Philippe reste au lit, Diana économise et Charles se bagarre … cadeau à ses lecteurs d’un noir et subversif qui marque ses adieux au genre.

Note : 2 sur 5.

Satire féroce où les tête couronnées remplacent les acteurs de la série britannique « Eastenders ».

Christiane

DCharley Davidson, tome 1 : Première tombe sur la droite

Darynda Jones

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.
Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse.
Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin… Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe.
Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter… comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité…

Note : 3 sur 5.

Un style simple, peu de suspense. Un livre à ne pas prendre au sérieux. De la littérature de gare, sans plus.

Ann

Agatha Raisin enquête, tome 1 : La quiche fatale

M.C. Beaton

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme.
Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur.
Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

Note : 4 sur 5.

Retour dans une atmosphère feutrée très british, pour une enquête comme seuls les anglais peuvent nous régaler. Plaisant, bucolique et très countryside.

Ian

Préménopause: guide de survie pour rester zen

Mariella Di Blasio

Pour la plupart des femmes, la préménopause est synonyme de perturbations majeures auxquelles il est malheureusement impossible d’échapper. Difficile de garder le cap sur la bonne humeur lorsque ce sont les hormones qui la gouvernent ! L’auteure de cet ouvrage est bien placée pour le savoir : elle a expérimenté 30 des 35 symptômes reconnus de ce passage obligé : bouffées de chaleur, insomnie, prise de poids, perte de libido, etc. Durant cette période éprouvante, elle a failli quitter son conjoint, eu envie de se jeter en bas d’un pont, d’envoyer promener ses clients, entre autres… Elle en est sortie indemne, et son entourage aussi, grâce à une bonne dose d’ et d’autodérision.

Note : 4 sur 5.

Un problème sérieux, voire tabou, traité avec beaucoup d’ et d’autodérision.

Nancy

J’ai encore menti !

Gilles Legardinier

Laura se pose beaucoup de questions. Comment réussir sa vie? Est-il possible de manger tout ce que l’on aime sans prendre dix kilos? Comment trouver l’amour? Trop de doutes pour être heureuse, trop d’envies pour se contenter du banal. Jusqu’au jour où un accident va complètement effacer sa mémoire….
Gilles Legardinier confirme brillamment qu’il n’a pas son pareil pour allier le rire à l’émotion. Qui n’a jamais rêvé de tout oublier pour recommencer ? Attention : les scènes de cette comédie sont vécues par des non-professionnels, il est vivement conseillé de les reproduire chez vous !
Céline Espérin nous emporte avec légèreté aux cotés de Laura, héroïne drôle et attachante, qui ne recule devant rien malgré cette nouvelle vie où elle a désormais tout à apprendre…

Note : 4 sur 5.

Une lecture agréable. L’héroïne doit tout réapprendre suite à une amnésie. Cette situation provoque des scènes cocasses, amusantes, mais aussi touchantes et lui permet de se rappeler de ce qui est essentiel.

Stéphanie

Quelqu’un pour qui trembler

Gilles Legardinier

Comment être un père quand on arrive vingt ans après ?
Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu.
Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ?
Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

Note : 5 sur 5.

Cette histoire fait du bien au moral car les personnages sont attachants.

Isabel

Laisser un commentaire