Tenons-nous chaud cet hiver. La littérature érotique pour faire baisser le thermostat !

Ce vendredi 9 décembre, vu la crise énergétique, le club a décidé de se réchauffer en discutant de littérature érotique. On a eu chaud !

Attention ! Certains des livres proposés ne sont pas à mettre devant tous les yeux.


Calendar girl. 1, Janvier

Audrey Carlan

Mia vit seule avec son père et sa petite sœur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de $ qu’il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit assumer la dette de son père sous peine que sa petite sœur et elle subissent le même sort.
Elle deviendra escort. Un contrat mensuel de 100 000 $.
12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.

Note : 3 sur 5.

Cette auteure de littérature érotico-romantique vit en Californie. L’idée marketing brillante a été de publier chaque mois un tome des expériences de Mia, soit 12 hommes différents dans 12 villes différentes; ce qui a propulsé la série dans les meilleures ventes du New York Times. Comme son titre Janvier l’indique, ce livre est le premier de cette série.

Cette version modernisée des romans Harlequin se lit comme on suce un bonbon acidulé. Bien évidemment Mia est belle et sensuelle mais elle est aussi une jeune femme réaliste et pragmatique et surtout drôle et spirituelle. Son riche client est, et c’est une surprise pour elle, lui aussi jeune beau et…spirituel. Le cadre hollywoodien dans lequel ils évoluent est très glamour. Si les chapitres sont émaillés de nombreuses scènes de sexe, tout reste très soft; rien de vraiment choquant, pas de Kamasoutra non plus et surtout rien de glauque ou de sordide. Le sexe s’apparente plus à une activité physique agréable entre adultes qui s’apprécient.

Ce est parfaitement représentatif de cette vague « new romance » : une lecture un peu coquine pour remplacer les films de Noël.

Christiane

Le Blé en herbe

Colette

« Toute leur enfance les a unis, l’adolescence les sépare ».
Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent tous leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l’amour s’installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu’eux.
Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L’insouciance et la confiance font alors place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et à Phil ce qu’ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s’achèvent sur un adieu à l’enfance, amer et nostalgique.
Avec délicatesse, Colette excelle à évoquer l’éveil de la sensualité, la douloureuse initiation à l’amour et à la vie.

Note : 4 sur 5.

Lecture de jeunesse. Souvenir de turbulences hormonales d’un jeune adolescent rêvant vivre les mêmes expériences que Philippe. Lecture fraîche et sensuelle.

Ian

Les Monologues du vagin

Eve Ensler

Pièce de théâtre de l’auteure new yorkaise Eve Ensler. Elle a été créée en 1996 à Broadway et est devenue un succès dans de nombreux pays.
Eve Ensler a écrit cette pièce à partir d’entretiens avec quelque 200 femmes sur leur perception et leur vécu du sexe, des relations sexuelles et des violences à l’égard des femmes. Pour elle, l’autonomisation des femmes est profondément liée à leur sexualité. Au départ, Eve Ensler voulait, à travers cette pièce, célébrer le vagin et la féminité, mais l’objectif a rapidement évolué vers une dénonciation de la violence contre les femmes.
Les Monologues du vagin sont une succession de monologues. Chacun est construit à partir d’un ou de plusieurs témoignages. Ils sont entrecoupés de courtes informations scientifiques ou historiques et de jeux de questions-réponses. Chaque monologue traite d’un aspect de l’expérience féminine, à propos du sexe, de la découverte du corps, du travail du sexe, de la violence et du viol, des menstruations, de la masturbation, de l’accouchement. Ces monologues sont des textes écrits pour être dits plus que pour être lus. Ils ont la force du témoignage, qui peut être poétique, ou terre à terre, ou tendre et sensuel, ou violent.

Note : 4 sur 5.

Pièce de théâtre, « Les monologues du vagin » est donc un texte à entendre ou à dire, pourquoi pas, et c’est aussi un beau texte à lire. Sans qu’il y ait d’histoire, il soutient l’attention, étonne, émeut. Il peut heurter aussi, non pas par ce qu’il dit du sexe, mais par la violence faite aux femmes et aux filles que décrivent plusieurs témoignages. Indispensable pour ce qu’il dit des femmes et du sexe. À lire aussi pour la chaleur humaine qu’il dégage.

Stéphan

Les seins de Fatima. 1, La rédemption

Georges Daniel Rebillard

érotique et transgressif au sein du monde contemporain avec ses délires et ses horreurs.
Beauté, amour et avilissement !
L’itinéraire extraordinaire et improbable de Fatima, issue d’une famille mixte, mi catholique, mi
musulmane, de la prostitution à l’appel mystique, en passant par le libertinage, la débauche, l’amour, le tournage d’un film porno, la communion physique suprême.
La découverte avec Alain, son ami et complice, d’un amour fou, absolu, excessif, synthèse poétique d’une extase sensuelle et d’une communion totale des cœurs.
Ce n’est pas un coup de foudre immédiat. Un lien de plus en plus fort se crée être eux, sublimé par leur complicité libertine. Manipulée par des musulmans extrémistes, entrainée vers la soumission religieuse, elle tente naïvement sa rédemption par une mission humanitaire en Syrie.
Fatima, jeune femme fragile, vulnérable, et Alain son grand et unique Amour, sont emportés irrésistiblement par le destin.
L’auteur garde tout au long de la saga, un regard amusé, incisif et plein d’ sur ses personnages qui tentent de vivre leur vie.

Note : 0 sur 5.

On n’attend pas d’un livre érotique que ce soit de la grande littérature. Mais un tel niveau d’écriture est assez affligeant. A ne pas mettre entre toutes les mains. Amoureux de la belle écriture s’abstenir.

Isabelle

Otoko Geisha

Eva Justine

Un homme geisha a-t-il le droit d’être amoureux ? Élevé dans une maison des plaisirs, Mikio est un otoko geisha. Rompu aux arts de la sensualité, de l’écriture, du chant et de la conversation, il aspire plus que tout à s’élever dans la société nippone. Entrer au service du seigneur Akana Fujiwara no Akimitsu lui ouvre le chemin vers la reconnaissance. Mais il lui faudra se soumettre à tous ses désirs, même les plus vicieux. Pris au jeu de la soumission, le jeune homme apprendra à aimer et respecter cet étrange maître… jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre de Kaori, le frère jumeau de son seigneur. Troublé au plus profond de son âme, Mikio suivra ses sentiments en un tracé sinueux. Entre l’art de la vie japonaise au XVIIIe siècle, les délices d’un voyage au palais impérial, et les ravages d’un tremblement de terre, il affrontera avec honneur toutes les épreuves mises sur le chemin de son bonheur. Mais sera-t-il capable de décider quel homme emportera son cœur ?

Note : 5 sur 5.

j’ai fait une belle découverte avec ce roman. Elle m’a fait connaitre l’univers des otoko geisha qui étaient des hommes dans le du 18e siècle.

Isabel

Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant. 1, Initiation

Anne Rice

Pénétrez dans un monde où chaque désir est un ordre.
Selon le contre traditionnel, la Belle sera tirée de son long sommeil par un chaste baiser. Ici, point de baiser. C’est en l’initiant aux délices de la chair que le Prince rompt l’enchantement. Pour prix de sa délivrance, la Belle le suit dans son lointain royaume où il la fait entrer au service de la reine. Dans ce monde de luxe et de luxure, où elle devra assouvir tous les fantasmes de la cour, la Belle va découvrir l’extase dans la douleur et l’ivresse de la soumission…

Note : 2 sur 5.

Revisite du célèbre conte de la Belle au Bois Dormant dans une version luxure très trash, très loin du conte de fées d’origine.

« Pénétrez dans un monde où chaque désir est un ordre ». La Belle devient l’esclave sexuelle du Prince et de sa Cour. Pour les lecteurs avertis – Adultes only + 18 ans !

Catherine

Le prochain club se déroulera le vendredi 13 janvier 2023 à 18h15.
Il n’y aura pas de thème.

Envie d’y participer ?
Envoyez un mail à bibliotheques@tubize.be !

Retrouvez l’intégralité de nos critiques sur Babelio

Laisser un commentaire