Dans cette nouvelle qui se déroule à Bruxelles, nous vivons la nuit étrange d’Yvon, un cadre surmené qui se retrouve dans une situation totalement hors de contrôle.

Après 15 ans de carrière dans le domaine pharmaceutique, Yvon est usé, miné par ce boulot qu’il déteste tout autant que sa vie qui va à vau-l’eau.

Un soir de canicule, son chemin va croiser celui du jeune Fabian, d’une façon pour le moins saugrenue…

Force est de se l’avouer : dans chaque individu sommeille autant de déclinaisons du clair à l’obscur qui n’attendent que des mises en situation pour faire surface.

Je recommande cette histoire courte mais intense qui s’apparente à un bon , emmenée du début à la fin par une écriture caustique à souhait, un vrai régal !

Si vous avez envie de découvrir d’autres de Nicolas Ancion, je vous conseille le recueil « Nous sommes tous des playmobiles ».

Note : 5 sur 5.

Catherine

Ce livre a été choisi dans le cadre du challenge de l’été 2020
Lis ! C’est du belge.

Haute pression Couverture du livre Haute pression
Nicolas Ancion
Grand miroir
2004
53

La canicule à Bruxelles rend les gens fous. On a besoin de pluie, on a besoin de fraîcheur. Nous ne sommes pas faits pour des étés pareils. Yvon Kempeneers est au bout du rouleau : sa vie, son boulot, tout est usé jusqu'à la corde. En plus, la météo est au beau fixe depuis des semaines, ce qui n'arrange rien. Jusqu'à ce qu'un soir, il roule trop vite sur la petite ceinture de Bruxelles, un verre dans le nez, et que sa vie bascule..

Laisser un commentaire