Certains ouvrages sont à la littérature ce que la Joconde est à la peinture: une œuvre dont tout le monde a entendu parler sans vraiment la voir « pour de vrai ».
C’est le cas de Zazie dans le métro, adapté au cinéma par Louis Malle.
Queneau a écrit un ovni de la littérature, souvent en phonétique et, pour l’époque (1959) fichtrement osé.
Comique mais noir, insolent et rythmé , le livre raconte l’histoire d’une gamine grossière comme on imagine pas, effrontée, entourée de personnages qu’on penserait sortis de l’imaginaire d’Audiard.
Presque un « road movie » parisien mêlant personnages colorés et situations insolites, Zazie est un unique et impoli.
À (re) découvrir.

Note : 5 sur 5.

Sylviapiga

Ce livre a été choisi dans le cadre du challenge de l’été 2019
Vu sur les écrans
Thème choisi :
Un classique de la littérature ou du cinéma

Zazie dans le métro Couverture du livre Zazie dans le métro
Raymond Queneau
Gallimard
1959
239

- Zazie, déclare Gabriel en prenant un air majestueux trouvé sans peine dans son répertoire, si ça te plaît de voir vraiment les Invalides et le tombeau véritable du vrai Napoléon, je t'y conduirai.
- Napoléon mon cul, réplique Zazie. Il m'intéresse pas du tout, cet enflé, avec son chapeau à la con.
- Qu'est-ce qui t'intéresse alors ?
Zazie répond pas.
- Oui, dit Charles avec une gentillesse inattendue, qu'est-ce qui t'intéresse ?
- Le métro

Laisser un commentaire