Plongée dans les années 30 à l’époque de la Grande Dépression. L’histoire nous est contée par Scout avec innocence et humour mais sa vision est aussi empreinte d’une étonnante lucidité. On y est confronté avec réalisme aux inégalités raciales entre noirs et blancs et à la haine qui en découle mais l’accent est également mis sur d’autres injustices telles que les classes sociales ou le sexisme qui empêche une femme de siéger au rang des jurés lors du procès.
Ce , empreint de nostalgie, agit sur le lecteur comme une Madeleine de Proust qui fait resurgir les souvenirs de notre enfance avec son lot d’injustices et de craintes mais également de tendresse, d’amitié et des jeux si caractéristiques de notre passé d’enfant. Sa publication en 1960 en pleine période de bataille pour les droits civiques des noirs aux États-Unis prend tout son sens.
Ce livre a été adapté au en 1962 sous le titre « Du silence et des ombres ».

Je recommande ce classique empreint d’humanité qui est devenu une ode universelle à l’enfance.

⭐⭐⭐⭐

Catherine

Ce livre a été choisi dans le cadre du challenge de l’été 2019
Vu sur les écrans
Thème choisi :
Un classique de la littérature ou du cinéma

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur Couverture du livre Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Harper lee
Grasset
1960

Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Laisser un commentaire