J’en ai eu les larmes aux yeux…! C’est probablement son livre le plus humain depuis le début. J’ai toujours aimé le commissaire Brunetti et sa relation aux autres, mais là, j’aurais voulu être présent. Je ne vous laisserai que les deux phrases finales :  » Comme mue par une force irrépressible, elle (Manuela) grimpa sur le premier barreau de la clôture, puis sur le deuxième, et se pencha en avant, les bras complètement écartés. ‘Pétunia, murmura-t-elle en entourant le cou du cheval. Oh ma Pétunia ». Si vous voulez comprendre la force de cette finale, je vous encourage à lire ce livre.

Pasteur Jacques

Ce livre a été choisi dans le cadre du challenge de l’été 2018

Thème choisi : Un livre d’une série d’au moins 4 tomes.

Minuit sur le Canal San Boldo Couverture du livre Minuit sur le Canal San Boldo
Les enquêtes du commissaire Brunetti
Donna Leone

Calmann-Levy
2017
338

La 25e enquête du commissaire Brunetti et son premier cold case !

Au cœur de la nuit vénitienne, une adolescente tombe du haut du pont San Boldo dans un des canaux de la ville. Incapable de nager, elle manque de se noyer quand un passant, quoique fortement alcoolisé, parvient à la sauver. Cependant, elle ne sort pas indemne de sa chute, souffrant de dommages cérébraux irréversibles qui la condamnent à garder à tout jamais l’esprit d’une enfant.

Quinze ans ont passé lorsque, à l’occasion d’un gala de charité, Brunetti rencontre une riche et aristocratique mécène, qui s’avère être la grand-mère de la victime et lui demande à présent d’enquêter sur le drame. Le commissaire hésite d’abord, car si c’était un crime, il y a désormais prescription. L’homme saoul qui a sorti la jeune fille des flots a en effet déclaré à l’époque avoir vu quelqu’un la pousser, or dès le lendemain, il ne se souvenait plus de rien. Mais guidé par la curiosité, la compassion et la volonté d’aider une dame âgée minée par la culpabilité, et qui se trouve être également la meilleure amie de sa belle-mère, Brunetti finit par accepter l’affaire. Un cas qui s’avère rapidement des plus troublants…

Laisser un commentaire