On a tué la Reine

Juliette Benzoni

Mars 1679. Charlotte de Fontenac, quinze ans, vient d’apprendre que sa m√®re veut lui faire prendre le voile au couvent de Saint-Germain-en-Laye. La nuit suivante, Charlotte s’enfuit pour chercher refuge chez sa tante, Mme de Brecourt. En chemin, elle est le t√©moin fugitif d’une messe noire : un inconnu l’arrache √† ce spectacle, et l’enjoint de ne jamais r√©v√©ler ce qu’elle a vu avant de dispara√ģtre. Mme de Brecourt est d’autant plus heureuse d’accueillir sa ni√®ce qu’elle soup√ßonne sa m√®re d’avoir empoisonn√© son mari deux ans plus t√īt et de vouloir se d√©barrasser de sa fille afin de capter l’h√©ritage.
Sur les instances de Nicolas de la Reynie, lieutenant général de la police, elle confie Charlotte à Madame, princesse Palatine, belle-soeur très appréciée de Louis XIV.
Commencent alors les aventures de la jeune fille √† la cour. Prot√©g√©e de Mlle de Fontanges devenue la ma√ģtresse du roi sur fond de rivalit√©s entre Mme de Montespan sur le d√©clin et Mme de Maintenon qui travaille en secret √† son triomphe, elle se retrouve en danger apr√®s la mort suspecte de Mlle de Fontanges.
La Reine la sauve en la prenant aupr√®s d’elle.
Mais quand Marie-Th√©r√®se meurt d’un furoncle en quatre jours, Charlotte d√©couvre avec horreur qu’elle a √©t√© assassin√©e.

Note : 4 sur 5.

Passionnant! Intrigues, crimes et passions à la cour royale en pleine période des poisons.

Gabriela


La jeune fille et la nuit

Guillaume Musso

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

C√īte d‚ÄôAzur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lyc√©e est paralys√© par une temp√™te de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l‚Äôune des plus brillantes √©l√®ves de classes pr√©pas, s‚Äôenfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secr√®te. Pour la jeune fille, ¬ę l‚Äôamour est tout ou il n‚Äôest rien ¬Ľ.
Personne ne la reverra jamais.

C√īte d‚ÄôAzur – Printemps 2017
Autrefois ins√©parables, Fanny, Thomas et Maxime ‚Äď les meilleurs amis de Vinca ‚Äď ne se sont plus parl√© depuis la fin de leurs √©tudes. Ils se retrouvent lors d‚Äôune r√©union d‚Äôanciens √©l√®ves. Vingt-cinq ans plus t√īt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmur√© le cadavre dans le gymnase du lyc√©e. Celui que l‚Äôon doit enti√®rement d√©truire aujourd‚Äôhui pour construire un autre b√Ętiment.

Note : 5 sur 5.

Une vie entière à cacher drames et sentiments envolée en quelques instants.

Brigitte

Conclave

Robert Harris

Le pape est mort. Le siège est vacant. Le poste à pourvoir.
Derrière les portes closes de la Chapelle Sixtine, cent dix-huit cardinaux de tous les pays du globe vont voter. Au cours des soixante-douze prochaines heures, l’un d’eux deviendra le
guide spirituel le plus influent sur Terre.
Mais, les hommes d‚Äô√Čglise sont avant tout des hommes : ils ont de l‚Äôambition et de l‚Äôorgueil, et sont pr√™ts √† tout pour acc√©der au plus haut poste de la hi√©rarchie eccl√©siastique.
Un suspense haletant qui nous ouvre les portes de l’élection la plus secrète au monde.

Note : 4 sur 5.

Il y a toujours ce candidat que l’on n’attend pas et qui finit par nous surprendre.

Christiane

La Fontaine: une école buissonnière

Erik Orsenna

Depuis l’enfance, il est notre ami. Et les animaux de ses Fables, notre famille. Agneau, corbeau, loup, mouche, grenouille, √©crevisse ne nous ont plus jamais quitt√©s. Malicieuse et sage compagnie !
Mais que savons-nous de La Fontaine, sans doute le plus grand poète de notre langue française ?
Voici une promenade au pays vrai d’un certain tout petit Jean, n√© le 8 juillet 1621, dans la bonne ville de Ch√Ęteau-Thierry, juste √† l’entr√©e de la Champagne.
Bient√īt voici Paris, joyeux Quartier latin et bons camarades : Boileau, Moli√®re, Racine.
Voici un protecteur, un trop brillant surintendant des Finances, bient√īt emprisonn√©. On ne fait pas sans risque de l’ombre au Roi Soleil.
Voici un tr√®s coh√©rent mari : vite cocu et tranquille de l’√™tre, pourvu qu’on le laisse courir √† sa guise.
Voici la pauvret√©, malgr√© l’immense succ√®s des Fables.
Et, peut-√™tre pour le meilleur, voici des Contes. L’√Čducation nationale, qui n’aime pas rougir, interdisait de nous les apprendre. On y rencontre trop de dames ¬ę gentilles de corsage ¬Ľ.
Vous allez voir comme La Fontaine ressemble à la vie : mi-fable, mi-conte.
Gravement coquine.

Note : 3 sur 5.

L’√©criture d’Orsenna est une petite musique pleine d’√©clats de rire… C’est du bonheur, rien que du bonheur…

Michelle

Entrez dans la danse

Jean Teulé

Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement
Et s’est r√©pandue dans Strasbourg
De telle sorte que, dans leur folie,
Beaucoup se mirent à danser
Et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois
Sans interruption,
Jusqu’√† tomber inconscients.
Beaucoup sont morts.

Note : 3 sur 5.

Fait historique surprenant et m√©connu revu et corrig√© par l’√©criture d√©capante et caustique √† souhait de Jean Teul√©.

√āmes sensibles s‚Äôabstenir!

Catherine

Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres

Maxime Gillio

¬ę¬†Je vois Gabrielle, ma fille, m’observer de son regard ind√©chiffrable. Pourquoi ce livre ? Apr√®s tout, c’est notre pass√©, sa vie, mes sentiments. Il concerne qu’elle et moi, pourquoi l’exposer aux yeux de tous ? Parce que nous en avons besoin. Parce que nous devons gu√©rir de cet amour contrari√© et nous retrouver.
Je n’√©cris pas un livre sur l’autisme, encore moins un guide ou un mode d’emploi, j’offre les souvenirs que je nous ai vol√©s. L’histoire banale d’un p√®re et d’une fille.¬†¬Ľ

Chaque jour, les chiffres concernant l’autisme nous alertent 650 000 cas en France … Si chacun est diff√©rent, la souffrance de l’enfermement est, pour eux comme pour leurs proches, commune. Une souffrance que Maxime Gillio a tent√© de contourner avec la force de ses mots, sinc√®res et √©mouvants.

Note : 3 sur 5.

Un p√®re parle de sa fille de 16 ans, autiste, √† partir de notes prises depuis sa petite enfance. S√©rie d’anecdotes mises bout √† bout. Description des lacunes de l’enseignement.

Stéphanie

Kot & cŇďur

C√©line No√ęl

Découvrez les petites joies et les grandes peines de cinq jeunes étudiants sur un campus universitaire.

L’automne touche √† sa fin dans la ville wallonne de Louvain-la-Neuve, au cŇďur de la Belgique. Voici un des nombreux kots pr√©sents sur le campus, ces logements que les √©tudiants partagent la semaine et d√©sertent le week-end pour regagner le cocon familial. Les colocataires s’appellent Chlo√©, Diego, Laura, Tristan et Maylis, toutes et tous engag√©s dans des √©tudes sup√©rieures. D√©brid√©s par l‚Äôatmosph√®re particuli√®re de cette jeune cit√©, ils se cherchent et se questionnent, √† la crois√©e des chemins entre grande adolescence et vie active. On les suivra durant quelques semaines. Leurs quotidiens se compl√®tent et plusieurs fois se confrontent. Sorties, guindailles, √©tudes, avenir et amours, des plus sinc√®res aux plus l√©g√®res… On vit avec eux leur qu√™te de sens et d’aventure, p√©riode de l√©g√®ret√©, d’insouciance, mais aussi d’apprentissage a l‚Äôind√©pendance. Un scenario pour s√©rie t√©l√© ? Non. Une √©tude sociologique ? Non. Un vrai roman, mais d√©cal√©, photographies en rafale de la vie n√©o-louvaniste : passions, explosions, ivresses et r√©conciliations, mais aussi songes, r√©flexions, engagements et d√©cisions. Avec l‚Äôamiti√© et la solidarit√© en toile de fond.Un premier roman prometteur qui d√©crit avec talent et authenticit√© ce moment si particulier, au sortir de l’adolescence.

Note : 4 sur 5.

Ce roman est un vrai régal sur la vie des étudiants de Louvain-la-Neuve.

Isabel

La tristesse des éléphants

Jodie Picoult

La m√®re de Jenna, Alice, a disparu lorsque celle-ci n’avait que trois ans. Aujourd’hui, elle en a treize et est bien d√©cid√©e √† retrouver sa trace. Elle n’a qu’une certitude : jamais sa m√®re ne l’aurait abandonn√©e. Jenna se met √† relire le journal de bord d’Alice, une scientifique qui √©tudiait le deuil chez les √©l√©phants. Pour progresser dans sa qu√™te, elle s’adjoint les services de Serenity Jones, une voyante qui pr√©tend √™tre en lien avec l’au-del√†, et de Virgil Stanhope, l’inspecteur qui avait suivi l’enqu√™te √† l’√©poque.

Note : 5 sur 5.

Roman très bien ficelé, personnages hauts en couleurs et dénouement très surprenant!

Nancy

Les fant√īmes du vieux pays

Nathan Hill

Scandale aux Etats-Unis : le gouverneur Packer, candidat √† la pr√©sidentielle, a √©t√© agress√© en public. Son assaillante est une femme d’√Ęge m√Ľr : Faye Andresen-Anderson.

Les m√©dias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais √† l’Universit√© de Chicago, passe √† c√īt√© du fait divers, tout occup√© qu’il est √† jouer en ligne au Monde d’Elfscape.

Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa m√®re, qui l’a abandonn√© √† l’√Ęge de onze ans.Et voil√† que l’√©diteur de Samuel, qui lui avait vers√© une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais √©crit, menace de le poursuivre en justice.

En d√©sespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre r√©v√©lation sur sa m√®re qui la r√©duira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui d√©voilera bien des surprises et r√©veillera son lot de fant√īmes.

Des √©meutes de Chicago en 1968 au New York post-11-Septembre en passant par la Norv√®ge des ann√©es quarante et le Midwest des ann√©es soixante, Nathan Hill s’empare de l’Am√©rique d’aujourd’hui et de ses d√©mons et compose avec beaucoup d’humour une fresque aussi ambitieuse que captivante.

Note : 4 sur 5.

Roman tr√®s ambitieux qui retrace plusieurs √©pisodes de l’histoire am√©ricaine r√©cente. Malgr√© certaines faiblesses, il nous emm√®ne dans la mentalit√© am√©ricaine.

Isabelle

Les larmes de la liberté

Kathleen Grissom

En 1830, la vie id√©ale de James Pyke est sur le point de basculer. Lui, le fils d’un planteur et d’une esclave qui a d√Ľ fuir sa Virginie natale, a r√©ussi √† se hisser dans la haute soci√©t√© de Philadelphie en cachant ses origines, et vit une passion avec une ravissante aristocrate. Jusqu’√† ce que Henry, l’homme qui lui avait sauv√© la vie vingt ans plus t√īt, ne vienne frapper √† sa porte pour lui demander de l’aide √† son tour.
Son fils Pan, serviteur et prot√©g√© de James depuis des ann√©es, a disparu, enlev√© pour √™tre vendu comme esclave. Incapable d’abandonner le gar√ßon √† un pareil sort, James d√©cide de partir √† sa recherche. Dans cette Am√©rique sudiste qui n’oublie ni ne pardonne, parviendra-t-il √† sauver Pan au p√©ril de sa vie ? Retrouvera-t-il Caroline, son grand amour et la m√®re de son enfant ?

Note : 5 sur 5.

Pourquoi l’homme a-t-il toujours ce besoin de dominer les autres?

Histoire bouleversante de l’esclavage en 1810. Belle √©criture! Passionnant √† lire.

Annie

Buck Dany. 01. Les Japps attaquent

Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon

Des sanglantes p√©rip√©ties de la guerre du Pacifique aux d√©veloppements les plus modernes de l’a√©ronautique, l’aviateur Buck Danny et ses co√©quipiers traversent, d’aventure en aventure, un demi-si√®cle de l’Histoire am√©ricaine et mondiale.
Joignant un sens extraordinaire du détail vrai au souffle des grandes épopées, les aventures de Buck Danny nous tiennent en haleine et nous découvrent, chemin faisant, les dessous de la géopolitique mondiale.

Note : 5 sur 5.

1er tome de la série qui fait revivre la guerre du Pacifique. LEcture agréable et très didactique sans compter les beaux dessins.

Giovanni

Les amandes vertes: Lettres de Palestin

Ana√ęle et Delphine Hermans

Deux sŇďurs s’√©crivent. L’une est en Palestine, volontaire dans des programmes d’aides, oscillant entre ses amis palestiniens et ses amis isra√©liens. L’autre est dessinatrice, rest√©e au pays, √† Li√®ge, en Belgique. De leur correspondance est n√© LES AMANDES VERTES qui tente de restituer une r√©alit√© complexe, √† travers le prisme de l’exp√©rience d’une jeune femme qui essaie de partager avec sa sŇďur ses sentiments et ses aventures dans les territoires occup√©s.

Note : 3 sur 5.

Récit militant pro-palestinien qui nous montre les vexations quotidiennes et les violences subies par ce peuple. Le dessin simple est très beau mais le récit manque de structure et de nuances.

Dorothée

Laisser un commentaire