La série BD des « Jojo » par André Geerts est un vrai joyau de tendresse. Elle soulève bien des problèmes profonds vécus par une troupe de petits copains et copines dans une école de village. Le dessin rondouillard me plait, les mimiques et les réparties d’enfants… et d’adultes me font sourire d’un plaisir simple. J’ai lu les 18 tomes avec des yeux d’enfants et je les relis avec satisfaction avec mes yeux de grand-père. A savourer par petites doses pour en tirer le maximum de sourires et de joies simples.

Pasteur Jacques

Ce livre a été choisi dans le cadre du challenge de l’été 2018

Thème choisi : Un livre dont le héros est un enfant de moins de 13 ans

Jojo au pensionnat Couverture du livre Jojo au pensionnat
Jojo
André Geerts

Dupuis
2002
46

Pauvre Mamy ! Obligée de se faire opérer de la hanche, elle doit rester quatre semaines en convalescence loin de sa maison et de son petit Jojo. Pauvre Jojo ! Afin de ne pas manquer l'école, il est obligé, pendant un mois, d'aller vivre dans un pensionnat à la grande ville. Mais lorsque l'on découvre que son école peut toujours faire office d'internat, tout change : le petit bonhomme va résider au-dessus de l'école n° 5 et cohabiter avec Monsieur le Directeur. Pauvre directeur ! Quatre semaines avec un tel pensionnaire, il peut dire adieu à sa tranquillité. Et quand toute la classe, jalouse de ce statut particulier, commence à s'inviter, les ennuis ne font que commencer !

Laisser un commentaire