Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi

Mathias Malzieu

« Comment on va faire maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi? Qu’est-ce que ça veut dire la vie sans toi? Qu’est-ce qui se passe pour toi là? Du rien? Du vide? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort? » Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu? Giant Jack, 4,50 mètres, « docteur en ombrologie », soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur… Il le fera grandir.

Chacun a ses outils pour adoucir sa peine au fil des jours…

Un texte magnifique !

Michelle

A la table de Nicolas Le Floch

Marion Godfroy et Jean-François Parot

Marion, Catherine, Awa, la taverne du Cul-de-Sac du Chat Blanc, la marmite roulante de la vieille Émilie… il n’y a pas une aventure de Nicolas Le Floch où notre héros ne s’attable avec Monsieur de Noblecourt pour déguster des mets savoureux ou ne partage un repas avec Semacgus ou Bourdeau dans un estaminet autour de l’Eglise Saint Eustache. La gourmandise, l’art de la table… font aussi partie des raisons du succès de l’œuvre de Jean-François Parot.
Marion Godfroy a restitué cette dimension joyeuse en rassemblant les principales recettes des treize enquêtes de Nicolas Le Floch. Potages, entrées, rôtis, tourtes, salades, entremets, confitures, desserts… environ quarante recettes sont expliquées, commentées à partir des romans eux-mêmes mais aussi dans la perspective de la gastronomie de l’époque. Quels étaient les métiers de bouche, comment cuire ou glacer à une époque où les techniques étaient limitées…
Un travail d’historienne et d’amoureuse de la bonne chère qui rend hommage à une série aussi rigoureuse que savoureuse et à son auteur aussi érudit que fin gourmet !

Si vous aimez les romans policiers dans le Paris du XVIIIe siècle, l’histoire et la bonne cuisine française de l’époque… allez-y! Vous vous régalerez!

Annie

Mes amis devenus

Jean Claude Mourlevat

Qu’avons nous fait de nos rêves ?
Que sont nos amis et nos amours devenus ?

Lorsque Jean a mentionné l’idée d’un week-end de retrouvailles, Silvère a d’abord renâclé. 40 ans plus tard, à quoi bon ? Observer sur le visage des vieux amis le reflet de sa propre décrépitude ? Merci bien. Seulement Silvère est là qui les attend, au débarcadère du port d’Ouessant. Dans quelques minutes, le bateau accostera et ils en descendront : Jean, bien sûr, mais aussi Lours’, le géant triste, Luce, la fantasque, et Mara, Mara surtout, dont il n’est pas sûr d’être complètement guéri. Passé et présent se confondent, espoirs et regrets, alors que le club des cinq s’apprête à se reformer…

Véritable coup de cœur pour ce roman qui fait l’apologie de l’amitié, de l’amour, de la vie.

Catherine

La Louve de Lorient

Eric Le Nabour

Lorient, 1926. La mort subite de l’armateur André Leguenec, père absent, époux insaisissable, n’aura pas laissé de plaies inguérissables dans le cœur des siens. Dans la villa familiale, la vie a aussitôt repris son cours. Entre une mère hautaine, sa sœur Cécile trop effacée et son frère Pierre dilettante et excessif, c’est à Damien qu’il appartient de reprendre les rênes de la Compagnie paternelle. Marqué au fond de sa chair par la grande Guerre de 1914-1918, Damien est un solitaire et un pragmatique. Tout le contraire de Pierre, l’enfant gâté, brillant et cultivé. C’est pourtant Damien qui tombe éperdument amoureux. Passion d’autant plus dévorante que la jeune femme, aux obscures origines polonaises et au passé trouble, a un comportement étrange et ne se montre pas insensible au charme de Pierre… Entre les deux frères la rivalité réveille des déchirures anciennes, des spectres oubliés. N’est-il pas dit : les fils seront punis pour l’iniquité de leur père ?

Imbroglio des relations humaines, chemin de certains parsemé de ronces.

Evelyne

Lettre à la République des Aubergines

Abbas Khider

Pour avoir participé à une soirée entre amis autour d’un livre interdit par le régime de Saddam Hussein, Salim, jeune étudiant irakien, est arrêté par la police et risque une lourde peine de prison. N’ayant pas d’autre choix que de fuir un pays où les habitants manquent de tout sauf d’humour et d’aubergines, il trouve refuge en Libye. Sans nouvelles de ses proches, son seul but est désormais de faire parvenir, en déjouant la censure, une lettre à sa fiancée pour l’assurer de son amour fidèle. De « Kadhafi City » à Bagdad City, en passant par Le Caire et Amman, son courrier, confié à un réseau clandestin, suit un étrange et périlleux parcours, au fil de chapitres souvent drôles et parfois glaçants qui dressent un portrait surprenant du monde arabe.

Le voyage d’une lettre nous fait découvrir le vécu et le quotidien de personnages libyens, jordaniens, égyptiens et surtout irakiens. Très instructif!

Nancy

Voici venir les rêveurs

Imbolo Mbue

Nous sommes à l’automne 2007 à New York et Jende Jonga, un immigrant illégal d’origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, son amoureuse, les études de pharmacienne dont elle rêve. Et surtout, pour les Jonga, le Graal est en vue : obtenir leur carte verte et devenir enfin des Américains.
Mais rien n’est simple au pays de l’American Dream. Entre Jende, loyal, discret, compétent, et son patron Clark, noyé dans le travail et les difficultés de la banque se noue une vraie complicité. Les deux familles se rapprochent, mais si les Jonga sont soudés malgré l’épée de Damoclès de l’expulsion, les Edwards sont en proie à de nombreux problèmes. Pour tous, l’interminable demande d’asile des Jonga et la menace d’éclatement de la bulle des subprimes vont remettre en question leurs certitudes…

L’obtention de la greencard vaut-elle autant d’efforts? L’Amérique est-elle le pays idéal?

Christiane

Camille, mon envolée

Sophie Daull

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire.

Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard « franc, droit, lumineux », les moments de complicité, les engueulades, les fous rires ; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent. Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.

Loin d’être l’épanchement d’une mère endeuillée ou un mausolée – puisque l’humour n’y perd pas ses droits -, ce texte est le roman d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie : « la fabrication d’un belvédère d’où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde ».

Le récit poignant du décès de la fille de cette auteure vraie, émouvante, touchante.

Isabelle

Envoyée spéciale

Jean Echenoz

Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s’occuper. Des bords de Seine aux rives de la mer Jaune, en passant par les fins fonds de la Creuse, rien ne devrait l’empêcher d’accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n’est pas toujours très bien organisé.

Histoire rocambolesque délicieusement écrite.

Bénédicte

L’évangile des assassins

Adam Blake

Dans les Manuscrits de la mer Morte, se cache le secret lié à la mort du Christ…

À mesure que l’ex-mercenaire Leo Tillman et Heather Kennedy, une flic ambitieuse, enquêtent sur une série de morts déroutantes, la piste qu’ils poursuivent les conduit jusqu’aux manuscrits de la mer Morte et au secret funeste qu’ils recèlent.

Mais bientôt, Tillman et Kennedy doivent lutter pour échapper à de sinistres assassins qui pleurent des larmes de sang et se disent les descendants de Judas. Rien n’arrêtera ces anges déchus dont la mission est de préserver à tout prix le secret caché dans les manuscrits, et qui pourrait changer la face du monde… un secret qui entoure la mort du Christ.

Une tribu obscure descendante de Caïn et Judas, celui qui a vendu Jésus pour 30 deniers, vit sous terre comme des vers. Sous l’influence de drogues, ses expéditionnaires n’hésitent pas à tuer tels des machines de mort.

Giovanni

AbécéDoors

Gorian Delpâture

Le 4 janvier 1967 paraissait un album étrange. Pas de titre mais un nom surprenant pour un groupe de rock : « The Doors ». Un visage géant et trois hommes plus petits se détachaient sur un fond noir sans le moindre sourire. Les morceaux annoncés au verso de la pochette tenaient moins du « Top 50 » que de la table des matières d’un recueil de poésies anglais du XIXème siècle ou d’un manuel d’alchimie médiévale : « Break On Through (to the other side) », « Soul Kitchen », « The Crystal Ship », « End Of The Night » ou encore « The End ». Ce disque, le premier des huit albums studio des Doors, allait lancer la carrière d’un des groupes de rock les plus fascinants de l’histoire, capable de fusionner musique et littérature, génie et chaos, beauté et laideur. Cet abécédaire retrace les étapes essentielles de la trajectoire des quatre musiciens américains jusqu’à nos jours, étudie chacun des disques publiés et surtout analyse toutes les chansons interprétées par les Doors.

Pour les fans des Doors… ou pour les curieux. Une mine d’informations et d’anecdotes vérifiées. Un vrai travail de journaliste.

A picorer!

Dorothée

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :