Le club de lecture s’est réuni le vendredi 15 avril. Voici les livres qui ont été présentés.

La tête de l’emploi

David Foenkinos

A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu’à la fin de ses jours. Mais parfois l’existence réserve des surprises… De catastrophe en loi des séries, l’effet domino peut balayer en un clin d œil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l’on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n’était pas armé pour affronter ce qui l’attendait.
Buster Keaton post-moderne, il va devoir traverser ce roman drôle et mélancolique pour tenter de retrouver sa place dans un monde en crise.

Pauvre con, assume!

Michelle

La nostalgie de l’ange

Alice Sebold

« Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie. Assassinée à l’âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973. […] C’est un voisin qui m’a tuée. Ma mère aimait ses parterres de fleurs et un jour, mon père et lui avaient parlé engrais. » Le viol et le meurtre de la petite Susie sont sans doute les souvenirs les plus effroyables qu’elle ait emmenés au paradis. Mais la vie se poursuit en bas pour les êtres que Susie a quittés, et elle a maintenant le pouvoir de tout regarder et de tout savoir. Elle assiste à l’enquête, aux dramatiques frissons qui secouent sa famille. Elle voit son meurtrier, ses amis du collège, elle voit son petit frère grandir, sa petite sueur la dépasser. Elle observe, au bord du ciel, pendant des années, la blessure des siens, d’abord béante, puis sa lente cicatrisation… Habité d’une invincible nostalgie, l’ange pourra enfin quitter ce monde dans la paix.

Livre plaisant (malgré le thème). Une vision de la vie après la mort un peu différente que celle attendue!

Nancy

Où on va papa?

Jean-Louis Fournier

Un père décide d’écrire un livre à ses deux garçons handicapés : ses peines, ses remords mais aussi ses joies. Une œuvre littéraire plus que documentaire, sorte de déclaration d’amour disloquée, dans un style incisif et clair, faits de chapitres courts comme des respirations suspendues. 150 pages pour se souvenir de Mathieu et de Thomas, rire pour ne pas pleurer.

Rire pour ne pas pleurer

Brigitte C.

Illustre inconnu

Barbara Abel

L’existence sans histoires de Violette, dix-sept ans, est chamboulée le jour où les médias annoncent la mort accidentelle de l’acteur français Pierre Vasseur. Sa mère, Henriette, lui apprend brutalement que son géniteur n’est autre que ce comédien reconnu, déjà père de trois enfants. Sans attendre, Violette se manifeste auprès de la famille Vasseur, qu’elle rêve d’intégrer. Il faut dire que l’adolescente, qui ne s’entend guère avec sa mère, souffre d’un terrible manque d’amour. Hélas, les espoirs de Violette s’éteignent rapidement : la veuve de l’acteur, la superbe Leïla, a toujours dirigé son clan d’une main de fer et n’entend guère accueillir cette enfant illégitime. Pire encore, la jeune fille va découvrir les haines qui agitent cette famille et verra son beau rêve s’écrouler comme un château de cartes. Elle apprendra, à ses dépens, que les apparences sont souvent trompeuses… Un thriller psychologique glaçant où le pire ennemi est la famille !

Une jeune fille en quête d’une famille. Étude psychologique très intéressante et originale

Bénédicte

La fille du train

Paula Hawkins

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

N’avez-vous jamais imaginé la vie d’une personne vue en rue, au restaurant… et bien si vous étiez Paula Hawkins vous auriez pu écrire un excellent thriller psychologique! Bonne lecture.

Brigitte L.

Bouquet de plumes

Cercle des Auteurs à Waterloo

 Le Cercle des Auteurs à Waterloo publie son premier recueil. Constitué de courtes nouvelles et de poésies, il nous entraîne tour à tour dans l’intrigue policière, le conte historique, le souvenir d’enfance voire le récit d’anticipation. Avec toujours le même fil rouge : Waterloo, bien entendu !

 

C’est un livre qui provoque l’évasion dans Waterloo; le présent, le passé et le futur.

Isabel

Ma vie avec Mozart

Eric-Emmanuel Schmitt

 

Un jour, Mozart m’a envoyé une musique. Elle a changé ma vie. Depuis, je lui écris souvent. Quand ça lui chante, il me répond, toujours surprenant, toujours fulgurant.

 

Bel hommage, très personnel d’Eric-Emmanuel Schmitt  à Mozart sous forme de lettres. Belle idée d’y avoir ajouté le CD. A découvrir!

Annie

Le ruban

Ito Ogawa

Sumire est passionnée par les oiseaux. Quand elle trouve un œuf tombé du nid, elle le met à couver et offre l’oisillon à sa petite-fille Hibari, en lui expliquant qu’il est le ruban les reliant à jamais. Mais un jour l’oiseau s’enfuit de sa cage, apportant joie et réconfort partout où il passe.

Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux!

Christiane

Marie Curie : Portrait d’une femme engagée 1914-1918

Marie-Noëlle Himbert

marie-curie-portrait-d-une-femme-engagee-1914-1918En août 1914, Marie Curie est une femme seule. Ses découvertes, ses deux prix Nobel sont derrière elle, et son époux Pierre est mort depuis huit ans. Ce qu’elle va entreprendre durant ces quatre années de guerre, sur les lignes de front, au plus près des blessés, la rappelle à la vie. Elle fait acheminer vers l’avant, malgré le risque et contre les autorités, le matériel et les techniques des rayons X qui vont permettre la localisation, et donc l’extraction, des éclats d’obus. Mais pour y parvenir, il lui faut tricher, défier les règles, se battre, et oser emmener sa fille Irène, dix-sept ans, sur les routes en guerre, puis la lâcher, seule, dans des hôpitaux de l’avant. Bilan de cette guerre de Marie Curie : vingt voitures radiologiques sur le front, plus de deux cents postes fixes dans les hôpitaux, cent quatre-vingts manipulatrices radio formées dans son école. Plus d’un million de soldats furent secourus par ses installations, mille d’entre eux de ses propres mains.

Vive la ténacité!

Evelyne

La briscola à cinq

Marco Malvadi

Un village près de Livourne, en Toscane. En rentrant de discothèque, un jeune homme découvre dans une poubelle le cadavre d’une adolescente, Alina Costa. Il décide de se rendre dans l’endroit le plus proche pour appeler les secours et tombe sur le bar Lume, tenu par Massimo. Ce trentenaire fantasque, râleur et bon enfant, amoureux de la nourriture italienne, tient son bar avec beaucoup de personnalité. Les habitués du bar Lume, tous des amis du grand-père de Massimo, sont à l’image du patron : une bande d’octogénaires originaux qui se retrouvent au café pour jouer aux cartes, fuir leur femme et échanger leurs avis sur « l’affaire Alina ».

Plongez dans un épisode d’une mauvaise série T.V. italienne: gags douteux, machos… tout y est! L’idée de départ était pourtant plaisante.

Dorothée

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :