Le récit débute après la grande guerre 1914-1918. De retour d'exode, une famille revient dans sa région : Verdun. Il faut panser les plaies humaines et matérielles. C'est un tableau de la vie campagnarde, la naissance du féminisme.. Les femmes deviennent indépendantes et veulent l'égalité des sexes. Hélas! à la campagne, elles restent soumises aux traditions. L'héroïne du livre nourrissait un rêve: devenir institutrice; mais le devoir d'une fille ainée est de s'occuper de toute la maisonnée lorsqu'une mère disparaît.


J'ai appris aussi que la fête des mères a été instaurée en 1926.

 

Michèle

 

Petite mère, Henriette Bernier, Presse de la cité, 2009.

 

Ce est disponible dans les bibliothèque de Tubize et de Clabecq.

 

Et vous, Qu'en avez-vous pensé?

Laissez-nous vos commentaires.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :